MA de Paris-La Santé (75)

Maison d’Arrêt Paris-La Santé

Un dispositif d’enseignement structuré

Le projet pédagogique de l’U.L.E. :

• Mobiliser les détenus sur un projet personnalisé ;

• Engager les élèves dans un cursus de formation diplômant ;

• Participer au processus de réinsertion ;

se déclinent prioritairement selon les 5 axes suivants :

1) la prise en charge de l’illettrisme et des non francophones

Un pré-repérage est mis en place par l’Administration Pénitentiaire. L’assistante de Formation fait passer à chaque arrivant pré-repéré illettré un test LPP (lecture et population pénitentiaire).

Compte tenu de l’effectif important de ce public cible, il a été cette année choisi de proposer :

• deux cours d’alphabétisation (un réservé aux travailleurs le samedi matin et l’autre donné par une personne bénévole)

• et trois niveaux, de 6h chacun, en Français Langue étrangère, sur la semaine.

• Un créneau de 3 heures par semaine est assuré aux quartiers arrivants par une enseignante, suivi d’un module de 3 heures par semaine au centre scolaire.

• L’INSTEP intervenait quatre demi-journées pour l’alpha/illettrisme mais a cessé ses interventions fin décembre 2012.

2) La scolarisation des jeunes majeurs

La Maison d’Arrêt de la Santé accueille de nombreux majeurs : environ 150 détenus âgés de 18 à 25 ans. Un module spécifique a donc été mis en place pour les » décrocheurs scolaires ».

3) l’adaptation de l’offre de scolarisation aux besoins

Afin de coller au plus près des besoins de formation, les groupes – pour les paliers 2 & 3, tout comme pour l’Anglais– sont pensés en termes de groupes de niveau. Ainsi, un élève peut préparer le DNB tout en suivant des cours de remise à niveau du palier 2 dans la discipline où il rencontre des difficultés importantes. De plus, certains élèves ne souhaitent pas préparer de diplôme. Cette organisation permet à chacun de travailler les difficultés qui lui sont propres et permet ainsi aux enseignants, une fois les élèves confortés et remotivés, de leur proposer de préparer une certification.

4) le diplôme intermédiaire « Métiers d’art-élaboration de projet de communication visuelle »

Cette formation est mise en place à la MA de paris la Santé en cette rentrée, ainsi qu’à Fresnes. Le titulaire de ce diplôme (niveau BAC) peut prétendre à de nombreux métiers relatifs à la conception de maquettes, en agences de communication, dans les studios de création, les maisons d’édition ou la presse.  Les premières validations d’acquis se feront en juin 2014.

5) le Diplôme Universitaire « Formation aux Humanités : Lettres et Sciences Humaines »

Ce D.U. (Bac +1) vient combler l’absence de formation post-bac à la Santé. Cette formation, délivrée par l’université Paris VII, outre le diplôme en soi, donne aux élèves des équivalences pour ensuite s’inscrire à une licence « Lettres et Sciences Humaines ».

En complément de ces formations diplômantes, il est mis en place des modules qui permettent aux élèves de raccrocher le scolaire par des biais, tels :

• Module arrivants

Objectif : apporter aux détenus non francophones nouvellement arrivés un bagage de vocabulaire minima afin de se faire comprendre en détention. Une enseignante de FLE (français-langues étrangères) se rend une fois par semaine au quartier arrivants où elle repère les personnes concernées. Elle y intervient 3 heures. Il a été mis en place une seconde phase sous forme de module de 4 semaines afin de renforcer ces premiers acquis. Les élèves sont alors reçus par l’enseignante dans une salle de classe du centre scolaire.

• Module jeunes majeurs

Il a été mis en place l’été dernier un projet jeunes majeurs, avec pour axe d’entrée un projet culturel. Le projet était axé sur le mythe d’Icare et un nombre non négligeable de jeunes majeurs a été motivé par ce projet et a donc été scolarisé. Au vu de cette expérience, il a été décidé de relancer le projet cette année sous forme de modules de 5 semaines. Le thème choisi pour cette rentrée est l’Odyssée.

Tout comme l’an passé, ce projet s’articule autour de deux grands axes : culturel, autour de la notion du héros, et un volant « émergence du projet personnel » en collaboration avec le CIO (centre d’information et d’orientation). Le travail d’écriture s’appuiera sur l’opération « Dis-moi dix mots ». Il a ensuite été traité des « Arts de l’islam ». Le prochain thème portera sur les brouillons d’écrivains.

• Préparation au B2i et à l’ASSR :

Ces deux formations seront assurées cette année par le CLIP (Carrefour local de l’insertion professionnelle) à raison de 3h par semaine et sur la base du volontariat – 12 élèves maximum.

• Module atelier d’écriture : éducation aux médias. 1 groupe concerné

Objectif rédactionnel et citoyen : un groupe de 8 journalistes partage son professionnalisme avec les élèves afin de leur permettre de mieux décoder la presse écrite. Ce travail d’analyse est articulé avec un travail de rédaction (à partir de pratiques journalistiques – tel l’interview par exemple) qui aboutira en fin d’année scolaire à la parution d’un journal unique. Ce module est hebdomadaire et comprend dix interventions extérieures (journalistes et invités). En complément, une assistante des Publications de la Sorbonne viendra expliquer le processus de fabrication d’un livre. Ce travail sera complété par la participation à « la semaine de la Presse ».

Ce module génère un autre projet qui vise à la création d’une chorale. En effet, les journalistes ont présenté aux élèves un auteur-compositeur, maître de chœur, qui a accepté de se lancer dans le projet pour 2013.

• Module littérature, culture, expression écrite

Il s’agit d’une offre méthodologique dans les domaines du travail argumentaire et rédactionnel pour des élèves souhaitant intégrer à terme une préparation à un examen de niveau 4 (DAEU, BAC…), ou pour des élèves non francophones qui avaient un niveau scolaire sensiblement identique dans leur langue maternelle.

• Module d’été

Il est d’ores et déjà envisagé de proposer des activités aux détenus pendant les vacances estivales (tout comme en juillet 2012 avec le lancement du projet jeunes majeurs et des groupes d’Anglais). Les modalités restent à définir en équipe.

En complément, une offre de formation est mise en place via 3 organismes :

– L’association AUXILIA qui propose des cours par correspondance.

– Des élèves sont inscrits au CNED. Le centre scolaire propose les services d’une enseignante qui gère les inscriptions et le suivi des dossiers. Elle apporte des conseils en termes de méthodologie.

– Le GENEPI donne des cours de Philosophie, Français, Espagnol, Economie, Anglais, Sciences, Histoire, Sciences Humaines. Dix élèves inscrits au centre scolaire y participent en complément de leur enseignement grâce à l’excellente collaboration avec le SPIP (le service d’insertion et de probation).

Le CIO de l’Arbre sec, spécialisé auprès des tribunaux, est de nouveau présent et assure des entretiens individuels une fois par mois, sans compter une information collective sur le module « Jeunes Majeurs ».

Enfin, un système de bourses d’études a été mis en place. Il permet à des détenus indigents de suivre des études. L’attribution est soumise à l’approbation de la direction de l’établissement, du SPIP et du scolaire.

Le nombre de demandes de scolarisation en attente atteste de la demande des détenus.

Enfin, il est important de noter que la présence du surveillant permanent du centre scolaire – qui rassemble les élèves pour les accompagner aux classes, établit les listes, gère les absences – participe activement au bon déroulement des cours.